Un usage accru du réseau existant, une amélioration des infrastructures nationales et transfrontalières, et une fiscalité adaptée sont des piliers fondamentaux pour la promotion du train, comme mode de transport principal pour les passagers en Espagne et en Europe

10 février 2021- L’association Eco-union et la fondation ECODESpartenaires espagnols du projet européen Europe on Rail, publient aujourd’hui le rapport « Présent et futur du transport ferroviaire pour les passagers en Espagne » visant à impulser des politiques et des mesures renforçant le transport ferroviaire national et international en Espagne, en profitant de l’Année européenne du rail.

Le rapport montre comment, le lancement de nouvelles connexions transfrontalières directes avec des trains de jour et de nuit entre les grandes villes européennes, la mise en place d’une fiscalité environnementale prenant en comptes les bénéfices du transport ferroviaire, et l’augmentation des investissements dans les infrastructures ferroviaires, peuvent contribuer de manière exponentielle à la réduction des émissions de CO2 en Espagne et en Europe, faisant de ce système de transport l’option préférée des citoyens lors de la planification de leurs déplacements.

Consultez le rapport

Le chemin de fer est en effet essentiel pour satisfaire les objectifs climatiques et environnementaux d’un processus de transformation et de transition écologique, aujourd’hui nécessaire pour répondre à l’urgence climatique. Sa durabilité, sa grande capacité et son opérabilité font du transport ferroviaire le levier principal pour la décarbonisation de notre pays, contribuant dans le même temps à la structuration du territoire national et à l’augmentation de sa compétitivité et de sa connectivité avec l’Europe. 

Jérémie Fosse, président de l’association Eco-union et co-auteur du rapport souligne :

« Pour atteindre les objectifs climatiques dans le secteur du transport et de la mobilité, un réseau ferroviaire attractif, compétitif et durable, offrant une véritable alternative aux options plus polluantes telles que l’avion et les véhicules privés, est nécessaire. »

L’Année européenne du rail doit être le point de départ pour le rétablissement des trains de nuit et de la mise en service de nouveaux trains directs de jour dans toute l’Europe. Jusqu’à présent, il n’existe pas de réseau ferroviaire européen intégré, mais seulement une mosaïque de systèmes ferroviaires nationaux. Les trains terminent souvent leurs correspondances aux frontières, et pour effectuer un voyage international, il est nécessaire de disposer de plusieurs billets, dans différentes langues et auprès de plusieurs compagnies, sans que les droits des passagers ne soient garantis en cas de retard ou d’annulation.

En ce sens, pour Monica Vidal, directrice des Politiques Publiques et de la Gouvernance Climatique à ECODES et co-auteur du rapport :

« La honte de l’avion et la nécessité de réduire les émissions de CO2 des sont des alliées puissantes pour les trains transfrontaliers, dont l’impact climatique est bien inférieur à celui des avions et du transport routier. Il est temps de miser sur le transport ferroviaire dans son ensemble comme l’un des piliers fondamentaux du processus de décarbonisation ».

Ce ne sont pas seulement les entreprises, les ONG et les régions qui réclament ce soutien au rail par rapport aux autres systèmes de transport, mais aussi le public lui-même qui le demande de plus en plus. Par exemple, un sondage réalisé en septembre 2020 a montré que deux tiers des citoyens européens soutiennent l’interdiction des vols court-courriers si le trajet est couvert en 12 heures maximum par le train. Jusqu’à présent, cependant, les liaisons ferroviaires n’existent même pas entre toutes les capitales européennes. Si l’on se penche sur l’Espagne, on constate qu’il n’existe actuellement aucun train direct entre Madrid et Lisbonne ou Madrid et Paris.

Dans le cadre de l’après-covid, les plans de relance, de transformation et de résilience peuvent constituer un soutien économique permettant aux États de financer des projets dans ce sens. C’est pourquoi il est temps de prendre les bonnes décisions, qui contribueront à promouvoir une renaissance ferroviaire espagnole et européenne aux bénéfices mutuels.

 

Europe on Rail est une initiative de plusieurs organisations à but non lucratif d’Espagne (Ecodes & ecounion), de France (France Nature Environnement), d’Allemagne (GermanWatch), de Pologne (Civil Affairs Institute) et de Belgique (Transport & Environment). Le réseau vise à soutenir la renaissance du rail en Europe et à stimuler le transport ferroviaire transfrontalier de passagers.

Contacts